Christian Valette a toujours eu un rapport privilégié avec la matière  quelle qu’en soit sa nature. Son premier contact est la pierre et puis progressivement il se dirige vers le bois.

Il dispose  de deux éléments et la question s’est posée : l’association peut-elle être révélatrice ?

 Influencé par l’œuvre d’un des plus grands maîtres français d’origine  russe de la sculpture cubiste : Ossip Zadkine, dont une de ses citations a éveillée en lui ce besoin d’exprimer sa sensibilité :

 « Le langage de la sculpture est un néant prétentieux, s’il n’est pas composé de mots, d’amour et de poésie ».

Il s'oriente  ainsi vers ses thèmes de prédilection.

En associant ces deux matières, sans pour cela  revêtir l’uniforme académique, l’une sombre et l’autre claire, non en opposition mais en complémentarité, il donne, en maîtrisant la géométrie circulaire des cernes du bois, une dimension de cette symbiose entre le monde minéral et le monde végétal.

Cette  osmose, lui permet  de symboliser des émotions par des lignes pures qui expriment l’essentiel.

 Il éprouve un réel bonheur quand la matière se prête , au détour de ses inspirations , à concrétiser toutes ces facettes de sa sensibilité.                                                  

La sagesse, la pureté, le yin, le yang, la paix et la force, sans oublier la poésie que chacun pourra ressentir à la découverte de sa signature très personnelle.

                                                              YNAD